7 conséquences de l’arrêt de l’écriture cursive sur le cerveau de votre enfant

enfants, maternelles, école, travaillent, ensemble

Le numérique prend une place toujours plus importante dans nos vies et les jeunes générations écrivent de moins en moins à la main. Depuis 2016, l’apprentissage de l’écriture cursive n’est d’ailleurs plus obligatoire en Finlande et a été remplacé par des cours de frappe au clavier.

Et si l’écriture manuscrite disparaissait un jour de l’enseignement, quelles seraient les conséquences sur le cerveau des enfants ?   

1    L’enfant perd sa motricité fine et sa coordination se détériore

Lorsqu’un enfant écrit à la main,  il active des zones du cerveau liées au langage et à l’interprétation des sensations. Quand ce n’est pas le cas, elles sont rarement activées.  

En outre, quand l’enfant écrit, l’Aire de Broca de son cerveau (responsable de l’assemblage des lettres en mots et de leur compréhension) se met à fonctionner.

Ecrire permet donc de lire plus facilement et vice-versa !

Personnellement, d’après mon expérience (au niveau maternelle), un enfant en grande section avec une bonne coordination des membres et qui sait faire la galipette (oui vous avez bien lu !) devient lecteur plus rapidement ! (d’où l’importance du travail de la coordination qui est hyper importante !).

 

2    Ceux qui écrivent peu et mal mesurent moins bien à l’œil nu (appréciation des mesures)

En Chine et au Japon, les calligraphes étaient souvent aussi archers. En plus de leur capacité à concentrer leur attention pendant longtemps sur un seul sujet (la calligraphie) ils avaient besoin de faire preuve de grande précision dans leurs gestes.

 

3    Plus de difficultés à comprendre un texte manuscrit

Il n’y a pas de secret, ceux qui écrivent peu ou pas du tout à la main ont beaucoup plus de mal à comprendre un texte manuscrit. Bien sûr dans notre monde moderne, ce n’est pas si grave, mais ils vont tout de même manquer d’un entraînement cérébral supplémentaire !

Cela leur sera-t-il préjudiciable dans leur vie professionnelle future ? Tout dépend du métier dans lequel ils se projettent.

 

4    On fait moins attention à l’orthographe, la ponctuation et à la grammaire

Le risque quand on écrit sur ordinateur est de se reposer continuellement sur le correcteur orthographique. Pareil quand on utilise Internet : le moteur de recherche nous propose toujours l’orthographe correcte si on fait une erreur ! C’est un risque qui peut très facilement se transformer en habitude et ainsi faire oublier les règles de base de l’orthographe, la grammaire et la ponctuation.

 

5    Sans l’écriture manuscrite il est plus difficile d’exprimer sa pensée avec des mots

Quand on écrit à la main, on doit penser à la phrase entière dans son esprit et ensuite l’écrire. Ecrire un texte manuscrit nous fait donc penser et réfléchir. Cet acte engage tout notre être alors qu’écrire sur un ordinateur s’apparente à un flux de pensées se succédant les unes aux autres.

 

6    L’imagination est plus limitée

Les personnes qui écrivent un texte à la main comprennent mieux son sujet que ceux qui l’écrivent sur un clavier. En effet, en prenant des notes sur ordinateur, les élèves ont tendance à écrire tout ce que le professeur dit. Et la plupart de leur énergie est consacrée à écrire son discours, mot pour mot au lieu de prendre de la distance et de synthétiser ce qui est dit.

 

7    Les facultés d’apprentissage et la mémoire se détériorent

C’est bien connu,  on se souvient mieux d’un texte écrit à la main qu’à l’ordinateur. Cela a été confirmé par des psychologues américains: ils ont constaté que les étudiants prennent des notes d’une telle sorte qu’il leur est plus facile de les retranscrire (schémas etc…) et de s’en souvenir. En écrivant sur un ordinateur, ce processus intellectuel (de métacognition) n’est pas activé.

 

On a tendance à penser que la société est constamment sur la voie de l’amélioration et du progrès et que donc toute capacité laissée de côté est forcément une évolution vers l’avant. Mais l’abandon de l’écriture pourrait être un contre-exemple.

Que pensez-vous de ces changements dans les standards d’apprentissages ? Allez-vous continuer à apprendre à vos enfants à écrire à la main en faisant l’école à la maison ?

Quelle place souhaitez-vous donner à l’informatique dans les apprentissages ? N’hésitez pas à laisser un commentaire pour alimenter le débat !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *