7 raisons de faire l’école à la maison

raisons de faire école à la maison, un livre imaginaire sur lequel se déroule une drôle d'histoire

Violences à l’école et harcèlement en augmentation, phobies scolaires qui explosent et mauvais résultat de l’Education nationale. Voici les principales raisons de faire l’école à la maison. Mais savez-vous également qu’en optant pour ce mode d’instruction, votre enfant développera de réelles qualités humaines uniques et d’une grande valeur dans le monde du travail (voir le dernier point) ? Savez-vous que l’école à la maison est bon aussi pour l’épanouissement de votre famille ? Bien sûr, tout n’est pas rose mais je tiens à vous motiver dans cette voie si c’est le mode d’instruction que vous voulez pour vos enfants ! Dans cet article, je vous explique en effet en 7 points quelles sont les principales raisons de faire l’école à la maison aujourd’hui en 2018 !

1- Les mauvais résultats de l’Education nationale

Tous les trois ans, c’est la même rengaine : le rapport PISA qui compare les résultats des élèves de différents pays (Europe, japon, USA etc…) livre ses résultats pour la France. Et ses résultats ne sont pas fameux dans les apprentissages fondamentaux (lire, écrire, compter) notamment en mathématiques et en sciences.

Ces mauvais résultats sont liés à plusieurs facteurs :

– La formation des enseignants incomplète.

– Le problème des classes surchargées.

– Les rythmes scolaires inadaptés aux besoins de l’enfant.

– Le refus du redoublement.

– L’évolution de la société qui fait que la parole de l’adulte (l’enseignant) est moins prise en compte.

2- Tous les enfants ne sont pas faits pour l’école

Les élèves avec handicap ou surdoués

De plus en plus d’enfants ont du mal à entrer dans le « moule » de l’école traditionnelle. Un enfant avec un handicap va avoir des difficultés à trouver sa place dans une classe surchargée et aura très peu d’attention de sa maîtresse qui fait « comme elle peut ». Quant à l’enfant surdoué qui s’ennuie profondément, il sera facilement qualifié d’élève perturbateur.

Les violences scolaires

Depuis des années, le climat scolaire se dégrade fortement et ce dernier, ne fait que suivre le mouvement de la société. C’est donc plus de violences verbales, physiques, psychologiques et d’incivilités au quotidien. Tout ceci se reflète sur le climat scolaire qui devient inquiétant dans les écoles, collèges et lycées. Dans le primaire, nombreux sont les enseignants avec qui j’ai pu m’entretenir, qui remarquent un glissement de ce climat scolaire tendu vers les plus jeunes : s’il était courant d’avoir des classes de CM2 et CM1 difficiles il y a quelques années, aujourd’hui, on remarque que ce phénomène glisse vers les niveaux inférieurs : les CE1 et CE2 sont maintenant touchés et je parle en connaissance de cause car je suis enseignant dans le primaire et je change beaucoup d’écoles et de classes.  Je rencontre très souvent des élèves dès le CE1 qui répondent avec un aplomb terrible (teinté de mépris, de dédain et de la certitude que le monde tourne autour de soi) à en faire désarçonner le plus dévoué des adultes.

On vient donc d’aborder le climat de violence dans le primaire, mais je ne vous parle même pas de ce qui se passe dans les collèges et lycées !

Les phobies scolaires en croissance

Tous les enfants peuvent-ils réussir dans ces conditions de travail mêlées de stress, de violences verbales, physiques et psychologiques ? Ce lourd climat scolaire favorise-t-il les apprentissages ? Evidemment que non. C’est même le contraire qui se passe : les recherches montrent que le stress bloque la créativité et les apprentissages.

L’école fait mal et mal « faire l’école », c’est mal débuter dans la vie. Hé oui en France où tout est conditionné par le diplôme il vaut mieux entrer dans le moule de l’élève parfait. Mais pour certains élèves entrer dans ce moule, c’est une telle pression (que vivent-ils chez eux ? Parle-t-on de leurs problèmes personnels et familiaux ?) qu’ils en développent des troubles : ça commence d’abord par les maux de crânes, de ventre, puis, viennent les retards, les absences non justifiées et tout ça débouche sur la phobie scolaire qui paralyse l’élève au moment le plus crucial de sa vie.

C’est ainsi que chaque année des milliers d’enfants souffrent de phobie scolaire et se retrouvent en situation de décrochage scolaire. Il devient alors presque impossible de leur faire reprendre le chemin de l’école.

3- Les tendances pour l’avenir : plus de violences et d’inégalités scolaires

En tant qu’adultes, nous avons la capacité et le droit de nous protéger. Nous évitons certains quartiers de la ville la nuit venue ou nous changeons de trottoir lorsque c’est nécessaire. Oui, nous le faisons tous en tant qu’adultes, pas les enfants.

Les enfants, eux, n’ont pas le choix, ils sont vulnérables et enfermés derrière des grilles et des murs avec peu de surveillance et des jeunes qui parfois ne leur veulent pas du bien…

Comme décrit dans la partie précédente, nous allons vers une société plus violente et un climat scolaire toujours plus tendu. C’est le cas du harcèlement qui explose ces dernières années dans toutes les écoles. Et ne croyez pas que ce « phénomène » est une mode, une tendance, qui passera. Il est parti pour  durer car profondément ancré dans nos société occidentales consuméristes qui ne génèrent que du vide. 

Ceci dit, croyez-vous que nous sommes sur la bonne pente ? En fait, j’ai remarqué en tant qu’enseignant au contact de la population qu’il y a deux types de familles:

– La famille dont les parents sont hyper tendus pour la réussite de leur enfant et qui cherche à faire au mieux à tout prix: c’est la recherche de l’excellence. 

– La famille qui ne stresse pas du tout et qui fait confiance au système.

Nous allons donc vers un système scolaire plus inégalitaire.

4- L’école à la maison s’adapte aux rythmes et aux besoins de votre enfant

Respect du rythme de l’enfant

Nous avons tous connu les départs précipités chaque matin pour l’école. « Allez dépêche-toi on va être en retard »… Puis la garderie dès 8h00 pour que maman ne rate pas son train… 10 heures plus tard après une journée entière de classe et de collectivité, l’enfant termine sa journée épuisé ! Voilà l’archétype même d’une journée qui ne respecte pas les rythmes de l’enfant !

Le débat est immense et inépuisable pourtant les enfants, aujourd’hui comme hier, continuent de payer pour des adultes qui ne veulent pas prendre LA bonne décision pour eux… tout un débat en somme…

Au contraire, l’école à la maison respecte le rythme de vie de votre enfant : vous ne courrez pas à l’école le matin ni le soir. Votre enfant dort plus. Un sommeil qui lui est certainement nécessaire et efficace ! Et je ne parle même pas des rythmes d’un ado au lycée ou au collège qui sont décalés à cause de sa puberté !

L’ enfant est au centre de ses apprentissages

Imaginez-vous quelques instants dans une salle de classe. Facile, me direz-vous car tout le monde a déjà été à l’école !  Nous aurons alors tous la même image d’Epinal en tête : l’enseignant-e seul-e face à ses élèves.

Hé oui l’enseignant-e est seul-e face à sa classe ! Autant dire que c’est 1 cerveau face à 25 cerveaux voire plus. Divisez maintenant 1 par 25 et vous obtiendrez le temps, l’attention que développe ce-tte même enseignant-e pour chacun de ses élèves. Dans le système scolaire classique, un enseignant fait cours à un groupe classe et non un cours particulier pour chacun des élèves. 

Avec l’école à la maison, c’est différent: l’élève est seul (ou en groupe restreint) avec un adulte et reçoit donc beaucoup plus d’attention et surtout d’interactions qui sont à la base du succès dans les apprentissages. De plus, avec les méthodes d’enseignement innovantes (de type Montessori), ce n’est plus le savoir qui vient à l’élève (qui tombe comme un cheveu tombe dans une soupe) mais l’élève qui vient au savoir. Conséquence : l’élève devient plus actif dans ses apprentissages et plus autonome. 

Avec l’école à la maison, l’enfant revient donc au centre de ses apprentissages pour une meilleure appropriation des savoirs et une plus grande réussite scolaire.

L’avantage des cours individuels

Je l’ai dit et je le redis, dans une salle de classe, c’est un enseignant pour 25 élèves minimum. Un élève n’a donc ps beaucoup de temps avec son enseignant pour lui poser des questions, revoir des points qu’il n’a pas compris. Le temps d’enseignement est donc moins efficace qu’avec un adulte en tête-à-tête avec des cours individualisés où la qualité des interactions est grandiose !

Il y a de nombreux témoignages de familles faisant l’école à la maison ne consacrant que 2 heures aux apprentissages (niveau primaire). Le reste du temps est pour vous !

5- L’épanouissement de toute de la famille

Un enrichissement personnel des parents

Faire l’école à la maison, ce n’est pas que pour l’épanouissement de votre enfant ! En effet, prendre en charge l’instruction de son enfant donne plus de recul et maturité !

Prendre en charge l’instruction (ainsi que l’éducation) de son enfant à travers l’école à la maison est une grande responsabilité. Mais c’est aussi un enrichissement personnel garanti. En effet, quoi de plus beau que de voir votre enfant s’instruire  et grandir à vos côtés jour après jour et vous suivre vous ?

Quand vous faites l’école à la maison, vous allez aussi voyager dans votre propre éducation et instruction. Vous allez vous questionner sur comment faire, reproduire ou non des modèles de votre enfance qui ont plus ou moins fonctionné. Bref vous allez retourner en enfance et développer un recul sur vous-même et de la maturité !

Avec l’école à la maison votre emploi du temps est flexible

Avec l’école à la maison, votre emploi du temps est plus flexible ! C’est vous qui  programmez comme bon vous semble les leçons: le matin ou l’après-midi en fonction de votre travail… de la forme du petit … ou de la météo !

Hé oui, si l’après-midi il y a un grand soleil pourquoi ne pas en profiter pour aller ramasser des feuilles et compléter l’herbier du petit que de faire une dictée ?

Vous partez également quand vous voulez en vacances scolaires et dans ce cas, pas de hausse de budget !

6- L’éloignement géographique

L’expatriation

Faire l’école à la maison peut parfois être une obligation professionnelle: c’est le cas des familles dont au moins un parent travaille en tant qu’expatrié. Se retrouver à l’autre bout du monde dans un pays exotique ça a sûrement un bon côté, mais comment faire pour l’instruction de son enfant et lui assurer un niveau minimum en cas de retour en métropole, pour lui assurer son avenir ?

Si vous êtes chanceux, votre employeur vous payera les frais de scolarité de l’école française du coin (qui ont augmenté ces dernières années) mais si vous n’avez pas cette chance, alors il faudra vous débrouiller seul. J’ai déjà entendu parler de familles qui se regroupaient pour payer l’instruction de leurs enfants dans des sortes d’écoles de quartier autonomes (en employant un enseignant expatrié français). 

L’isolement géographique

L’isolement géographique, c’est le fait d’habiter trop loin de son établissement scolaire. C’est le cas des familles qui partent en voyage autour du monde et des villages et territoires français reculés. Pourquoi alors perdre son temps dans des transports tous les jours alors que l’école à la maison devient une évidence ?

7- Avec l’école à la maison, votre enfant développe des qualités uniques !

Plus d’autonomie et de maturité

Le phénomène est bien connu: donnez tout à l’un et faites en sorte que l’autre ait à se battre pour obtenir la même chose. A votre avis qui va mieux réussir dans la vie (lire le témoignage de Perrin qui enfant n’est jamais allé à l’école et aujourd’hui est chef d’entreprise) ?

Les enfants qui font l’école à la maison ont bien plus d’autonomie que ceux qui vont à l’école. Car c’est eux qui vont vers le savoir grâce à des pédagogies innovantes et non l’inverse.

Ils ont appris par eux-mêmes et pour eux-mêmes. Ils développent donc également des qualités de maturité. Les jeunes ayant fait l’école à la maison sont donc globalement très matures et autonomes.

Plus de confiance en soi

Le fait de pouvoir combler méthodiquement ses difficultés, de travailler seul et d’avancer sur son travail en autonomie « booste » la confiance en soi c’est certain. Je l’ai moi-même vécu quand j’étudiais à distance et c’est une compétence qui se transmet par la suite dans la vie professionnelle.

Ainsi, les enfants qui font l’école à la maison ont bien moins peur de demander à un parent ce qu’ils ne comprennent pas que de lever la main dans une salle de classe (au risque de déranger et de paraître imbécile devant le groupe classe).

La liberté de penser

« Aujourd’hui, grâce à mon éducation, je suis indépendant. Je ne rentre dans aucun stéréotype, je ne suis pas stéréotypé, et je ne suis pas stéréotypable ».

(voir le témoignage de Perrin en cliquant sur le lien)

Les enfants qui ont fait l’école à la maison ne perdent pas leur liberté de pensée. En effet, ils n’ont pas étouffé cette énorme qualité durant leur adolescence afin de faire comme tout le monde (sous le poids de la pression sociale qui on le sait est énorme plus à cette âge qu’à tout autre).

Plus tard, ils deviennent des adultes avec un regard critique et ouvert d’esprit. Ils deviennent des libres penseurs ce qui est une énorme qualité dans le monde du travail (voir aussi les personnalités qui ont fait l’école à la maison).

La curiosité intellectuelle

Le plaisir d’apprendre y est sûrement pour quelques chose: les enfants qui ont fait l’école à la maison deviennent intellectuellement plus curieux ! La nouveauté est comme une flamme qui en eux ne s’éteint jamais ! Adultes, ces mêmes enfants deviennent des gens cultivés, intelligents et sociables. 

 

Et vous ? Avez-vous d’autres raisons de faire l’école à la maison ? Qu’est-ce qui vous plait le plus dans ce mode d’instruction ? N’hésitez pas à partager votre expérience !